Réfléchir à la notion de perte dans le cadre du projet Landscapes of Injustice

Le projet de Greg Miyanaga s’articule autour de la rue Powell à Vancouver, où plusieurs Canadiens japonais vivaient et travaillaient lors de la Seconde Guerre Mondiale.

Kate Jaimet

25 avril 2016

Greg Miyanaga

Notions de valeur et perte, ce sont là deux des thèmes abordés par Greg Miyanaga dans le cadre de son projet Landscapes of Injustice, qui porte sur la dépossession des Canadiens Japonais pendant la Seconde Guerre mondiale.

M. Miyanaga — qui a remporté le Prix d’histoire du Gouverneur général pour l’excellence en enseignement en 2006 pour ses travaux antérieurs sur l’internement des Canadiens Japonais – fait partie d’une équipe de chercheurs regroupés sous le titre Landscapes of Injustice, et soutenus par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada. Leur projet de sept ans vise à découvrir, à documenter et à raconter les histoires de plus de 21 000 personnes d’origine japonaise qui ont se sont vues retirer leurs maisons et leurs biens au moment d’être internées dans des camps.

M. Miyanaga développe un jeu de rôle qui permet aux élèves de 5e année de vivre l’expérience de « perdre leur maison », et d’en apprendre davantage sur les événements de la Seconde Guerre mondiale.

« Comme il s’agit d’enfants de dix ans, j’essaie de leur donner une idée générale de ce concept, explique-t-il. Mais il importe tout de même de se pencher sur certaines questions centrales : Qu’est-ce que la valeur? Que valorisons-nous? Qu’est-ce que la perte? Et comment vivre avec la perte de ce que nous valorisons? »

Le jeu du projet de M. Miyanaga représente une carte de la rue Powell à Vancouver, où de nombreux Canadiens Japonais habitaient et possédaient des entreprises. Chaque enfant recevra une carte de propriété contenant une adresse, une image et une description d’une entreprise. Les élèves devront ensuite recréer ces entreprises et résidences sur la carte/plateau de jeu et ajouter à ces scènes des formes découpées des membres de la famille et des possessions qu’ils accumulent.

« Les élèves s’inspireront de leur propre famille; par exemple, ils habitent à l’étage avec leurs parents et le commerce familial se trouve au rez-de-chaussée, explique M. Miyanaga. Chaque leçon débute par un grand titre de l’année 1941, comme « Les Yankees remportent la Série mondiale », pour leur donnée une idée du contexte de l’époque. Un peu plus tard, nous leur apprendrons que les Japonais ont bombardé Pearl Harbor. Lors de la leçon suivante, ils devront déplacer leurs personnages sur un autre plateau de jeu, représentant des tentes, dans les montagnes. Alors que la guerre se poursuit, ce sont leurs possessions qui disparaîtront. »

Le projet de M. Miyanaga en est toujours à l’étape du concept, mais une fois qu’il sera terminé, il le mettra à la disposition des enseignants de partout au Canada, avec les autres ressources pédagogiques développées par le groupe Landscapes of Injustice.

Passer les liens de partage

Relié à Prix