Le traîneau

Pendant des milliers d’années, les Inuits utilisent les traîneaux à chiens pour parcourir le territoire accidenté du nord. Les traîneaux sont depuis devenus un symbole de la vie dans le nord.

Écrit par Nelle Oosterom

15 juillet 2014

Pendant des milliers d’années, les Inuits utilisent les traîneaux à chiens pour parcourir le territoire accidenté du nord. Les traîneaux sont depuis devenus un symbole de la vie dans le nord.

Ce modèle d’un traîneau inuit a été fabriqué dans les années 1920 afin d’être échangé ou vendu à un Européen canadien comme souvenir. Il repose sur un type de traîneau plat traditionnel appelé komatik qui servait pour la chasse. Le traîneau était fabriqué en fixant des travers à deux planches parallèles.

Le bois était rare dans l’Arctique : on se servait souvent de bois de grève, des arbres des quelques zones boisées ou on en achetait aux postes de traite. Les patins étaient généralement renforcés par de la corne ou de l’os. Parfois, de la tourbe gelée était fixée sous le traîneau pour réduire la friction.

Avant de charger le traîneau, on couvrait les travers de peaux pour éviter que des objets ne tombent. Une fois chargé, le bagage était couvert de peaux et bien fixé aux côtés des patins avec des bandes de peau. Les chiens tiraient le traîneau avec l’aide des chasseurs en terrain difficile ou dans la neige épaisse.

À une certaine époque, les Inuits utilisaient les traîneaux comme moyen de transport pendant au moins les trois quarts de l’année. Aujourd’hui, ils se servent davantage de motoneiges.

Cet article a été publié à l’origine dans le magazine Canada’s History, août-september 2014. 

Cet article est aussi offert en anglais

Passer les liens de partage

Relié à Premières nations, Inuit et Métis