Couverture Chilkat

Les couvertures Chilkat sont l’un des meilleurs exemples de l’exceptionnelle industrie du tissage sur la côte Nord-Ouest.

Écrit par Amelia Fay

13 septembre 2016

Photographier

Les couvertures Chilkat sont l’un des meilleurs exemples de l’exceptionnelle industrie du tissage sur la côte Nord-Ouest.

Ce type de tissage nous vient des Tsimshian et s’est répandu à d’autres groupes par les mariages et le commerce, mais les Chilkat Tlingit d’Alaska ont développé un style qui était fort apprécié tout le long de la côte.

Les couvertures sont tissées à la main à l’aide de bandes d’écorce de cèdre enveloppées de laine provenant des chèvres de montagne et formant la chaîne (ou brins verticaux). La trame (ou brins horizontaux) était également faite de laine de chèvre de montagne teinte.

Le jaune, le bleu et le vert que l’on peut voir sur cette couverture proviennent de pigments naturels, mais vers la fin des années 1890, ils sont remplacés par des teintures commerciales. Les hommes et les femmes participent à la confection des couvertures Chilkat.

Les hommes dessinent le modèle et préparent la structure du tissage, les femmes recueillent l’écorce, préparent la laine et tissent la couverture. Il faut environ un an pour confectionner une couverture Chilkat.

Ces couvertures sont généralement portées sur les épaules lors des cérémonies ou des danses.

Amelia Fay est conservatrice de la collection de la HBC au Musée du Manitoba.

Cet article a été publié à l'origine dans le magazine Canada’s History, octobre-novembre 2016.

Cet article est aussi offert en anglais.

Passer les liens de partage

Relié à Premières nations, Inuit et Métis