Enseigner l'histoire canadienne : Félicitations aux enseignants-finalistes du Prix d'histoire du Gouverneur général de 2020

Dans le cadre de cette série de baladodiffusions intitulée Enseigner l’histoire canadienne, nous nous sommes entretenus avec les finalistes francophones de l’édition de 2020 du Prix d’histoire du Gouverneur général pour l’excellence en enseignement.

Mis en ligne le 26 septembre 2020

La Société Histoire Canada s’est récemment entretenue avec les finalistes francophones de l’édition de 2020 du Prix d’histoire du Gouverneur général pour l’excellence en enseignement. Ce prix honore des enseignants de partout au pays pour leurs réalisations exceptionnelles dans le domaine de l’univers social. Cette reconnaissance représente aussi une occasion de partager des pratiques exemplaires et des idées nouvelles à un vaste réseau d’enseignants à travers le pays.

Dans les entrevues qui suivent, les enseignants-finalistes nous ont expliqué les lignes directrices de leur projet et présenté les résultats obtenus avec leurs élèves. Ils nous ont aussi donné un aperçu du contexte dans lequel ils ont réalisé ce projet et présenté le milieu dans lequel il a été réalisé.

Nous vous invitons donc à écouter ces entrevues inspirantes afin de tout connaître au sujet de leurs réalisations. En terminant, veuillez noter que madame Marjorie Gil, de l’école de la Volière à Saint-Colomban au Québec, apparaît aussi sur la courte liste des finalistes francophones de l'édition de 2020. 

Tommy Guénard

Centre matapédien d’études collégiales, Amqui, QC

Pour combattre l’apathie qu’éprouvent en général ses étudiants pour l’histoire nationale, monsieur Guénard propose un projet de généalogie historique original qui a pour objectif de leur donner le goût, la curiosité et le désir de se plonger dans une histoire qui leur appartient. En fouillant et en relatant leurs histoires familiales, les étudiants prennent non seulement conscience que leurs ancêtres figurent parmi les bâtisseurs de notre pays, mais qu’ils ont aussi mis en place les fondations de la société dans laquelle ils évoluent aujourd’hui. 

Francis Lalande

Collège Citoyen, Laval, QC

Histoire à vélo est un projet dynamique, écoresponsable et transdisciplinaire utilisant la bicyclette comme moyen d’enseigner l’histoire. Dans la première partie du projet, l’apprenant aspire à devenir un citoyen réfléchi et autonome en préparant une visite à vélo le long du canal de Lachine. Pour se faire, il doit établir son itinéraire grâce à Google Maps en considérant les infrastructures importantes du canal. Dans le but d’interpréter l’évolution de ce lieu historique, l’apprenant doit ensuite comparer ses observations avec des sources historiques. Dans une deuxième partie du projet, l’élève poursuit son aventure et ses apprentissages grâce à une vidéo GoPro réalisée par l’enseignant qui se déplace à vélo dans les différents quartiers de Montréal.

Dominique Laperle

Pensionnat du Saint-Nom-de-Marie, Montréal, QC

Le projet intitulé Dollard et Groulx vise à permettre une réflexion sur l’instrumentalisation des faits historiques à des fins politiques. À partir d’une fausse nouvelle d’un journal (culture des médias), les élèves de monsieur Laperle doivent réfléchir et interpréter une réalité sociale dans un texte de type éditorial sur la conservation ou non d’une statue de Dollard des Ormeaux. Les élèves appuient leurs arguments sur une analyse de sources primaires de l’époque de la Nouvelle-France et de sources secondaires d’historiens du 19e et du 20e siècle, comme celles de Lionel Groulx. Grâce au projet, les élèves comprennent le poids des idéologies dans les choix de société, mais aussi des préjugés qui sont colportés, volontairement ou pas, sur certains groupes, notamment sur les Premières Nations.

Rémi Lavoie

Paul-Hubert, Rimouski, QC

Monsieur Lavoie a expérimenté la formation à distance au secondaire en proposant un environnement de classe flexible, invitant et constamment en évolution, un environnement où la technologie et la réalisation de projets occupent une place importante. Cette expérience permet à l’élève de se responsabiliser à l’égard de son apprentissage et de développer son potentiel d’interprétation du passé tout en actualisant sa maîtrise d’outils du 21e siècle. Inspirée de la classe inversée et libérant du temps pour du travail d’interprétation, l’expérience a notamment permis d’amener les élèves à visiter, de façon virtuelle, des lieux marquants de l’histoire du Québec et du Canada ainsi que d’exploiter divers documents d’archives les initiant aux sources primaires.

Marie-Claude Monette

Collège Citoyen, Laval, QC

L’expérience de classe inversée sur la Révolution française imaginée par madame Monette est un grand projet en histoire et éducation à la citoyenneté réalisé en deuxième secondaire. Avec l'étude de textes, de sources, de vidéos et de documents variés, les élèves deviennent les acteurs de l'époque et font revivre la France du 18e siècle en classe. Le concept de « droit fondamental » est au cœur du projet, qu'on parle de la Révolution française, de la Russie tsariste ou du Canada d'aujourd'hui. 

Passer les liens de partage

Relié à Enseignement