Grande Guerre — La bataille de Passchendaele

26 octobre au 10 novembre 1917: De dures leçons furent apprises dans la boue et le sang sur les champs de bataille en Belgique.

Créé par Histoire Canada

2 octobre 2018

Les canadiens ne voulaient pas aller à Passchendaele. Ils avait déjà vécu l'expérience du saillant d'Ypres en Belgique et craignaient la tâche quasi impossible qui les attendait. Les Britanniques sous la commande du général

Sir Douglas Haig se démenaient dans les champs boueux de la région depuis l'été 1917. Le 31 juillet ils lancèrent officiellement la troisième bataille d'Ypres.

La contre-attaque allemande aux musclée comme toutes les autres freina les ardeurs des Britanniques pendant le mois d'août. De septembre à octobre les Britanniques, Australiens et Néo-Zélandais lancèrent une série d'attaques courtes et rapides pour réaliser les gains, mais l'objectif de capturer la crête de Passchendaele le seul point en hauteur de la région continuait de leur échapper.

Des mois de combats et les pluies du mois d'octobre transformèrent la plupart des champs de bataille en mares de boue et d'eau qui engloutissait littéralement le matériel et les hommes.

Presque tous les repères visuels qui devait servir à orienter les tropes étaient disparus dans la boue.

Les Canadiens avaient pour objectif de capturer ce qui restait de la ville de Passchendaele.

Le général Arthur Currie, le commandant canadien, planifia une série de quatre attaques distinctes sur une période de deux semaines qui devait leur permettre de prendre la crête.

Les Canadiens avancèrent laborieusement vers Passchendaele, détruisant systématiquement toutes les casemates et les points de résistance fortifiés des Allemands. En prenant Passchendaele les Canadiens parvinrent à mettre fin à l'une des batailles les plus controversées de la guerre.

Le commandant britannique Haig revendiqua la victoire mais le coût humain fut terrible. Au cours de ces quatre mois de combats les Allemands perdirent plus de 220 000 de leurs hommes alors que les soldats britanniques et du Commenwealth subirent plus de 260 000 pertes et de nombreux blessés incluant 17 000 Canadiens.

Et pour souligner toute la futilité des combats presque tout le territoire capturé par les Canadiens en 1917 fut repris par les Allemands pendant leur avancée du printemps 1918.

Série de vidéos sur la Grande Guerre

Grande Guerre — La bataille d’Ypres

22 avril au 5 mai 1915: Alors que les attaques mortelles causées par le gaz allemand font courir ceux qui le peuvent encore, les Canadiens tiennent bon.

Grande Guerre — La bataille de la Somme

15 septembre au 11 novembre 1916: Un siècle après la bataille, le coût incroyable en vies humaines reste encore controversé.

Grande Guerre — La bataille de la crête de Vimy

9 au 12 avril 1917: Pour la première fois, les quatre divisions canadiennes attaquent ensemble et obtiennent des résultats extraordinaires.

Grande Guerre — La bataille d'Amiens

8 au 12 août 1918: La première dans une succession de batailles au cours desquelles les forces canadiennes et alliées poussèrent l’armée allemande à se replier et ultimement menèrent à la fin de la guerre.

Passer les liens de partage

Relié à Armée et guerre