Purement canadien

Des gens, des endroits et des choses qui évoquent instantanément des images du Grand Nord blanc.

Par Kaitlin Vitt

15 mai 2019

La Commission des lieux et monuments historiques du Canada a désigné plus de 3 600 personnes, lieux ou évènements d’importance historique. Combien de ces désignations sont perçues comme étant synonymes de l’identité canadienne? Voici quelques exemples emblématiques qui rappellent immédiatement le « Canada ».

Les produits de l’érable

En 2007, la Commission a désigné les produits de l’érable dans la catégorie des évènements historiques nationaux, même si l’histoire de l’érable au Canada remonte à des milliers d’années.

Les peuples autochtones des forêts de l’Est utilisaient la sève des érables bien avant l’arrivée des Européens. Après avoir appris la technique des Premières Nations, les colons se sont mis à produire du sirop d’érable à la fin du 18e siècle. En 1929, le Canada exportait des produits de l’érable sur le marché international, notamment du sirop, du sucre et des bonbons. Aujourd’hui, le Canada est le premier producteur mondial de produits de l’érable, fournissant, selon Statistique Canada, 71 % de la totalité du sirop d’érable vendu dans le monde.

En 2007, la Commission a désigné les produits de l’érable comme ayant une importance historique, précisant qu’ils sont « indissociables de notre identité nationale et de notre mode de vie, ici et à l’étranger ». La Commission a également fait observer que l’entaillage des érables pour en extraire la sève symbolise la fin de l’hiver pour de nombreux Canadiens. Les érables — les espèces utilisées sont notamment l’érable à sucre, l’érable noir ou l’érable rouge — sont prêts à être entaillés dès la montée de la sève, le moment variant d’un endroit à l’autre. La sève coule lorsque la température est au-dessus du point de congélation le jour et au-dessous la nuit.

Les chandails cowichan

Quoi de plus normal qu’un style de chandail soit reconnu pour son importance historique au Canada! Après tout, c’est l’un des pays les plus froids de la planète.

En 2011, la Commission a reconnu l’importance historique nationale des tricoteuses salish de la côte et des chandails cowichan, pour souligner l’habileté des femmes salish à combiner leurs méthodes traditionnelles de tissage aux techniques de tricot européennes. Les Salish de la côte tissaient des couvertures depuis déjà des centaines d’années lorsqu’à la fin du 19e siècle, de nombreuses femmes se sont mises à tricoter des chandails selon une technique apportée par les Européens. Les théories varient quant à savoir qui a enseigné le tricot aux femmes salish de la côte. Selon l’Encyclopédie canadienne, c’est peut-être une immigrante de la vallée de Cowichan, en Colombie-Britannique, mais d’autres sources attribuent ce rôle aux Soeurs de Sainte-Anne qui avaient ouvert, en 1864, une école pour jeunes filles autochtones dans la région.

Certains chandails cowichan présentent des motifs similaires à ceux des couvertures traditionnelles. Le chandail à mailles serrées est souvent orné de bandes horizontales, de motifs géométriques et d’images inspirées de la faune. Les chandails sont tricotés à la main dans une laine aux couleurs naturelles. De nombreuses marques et entreprises vendent des imitations du chandail cowichan, mais depuis 1995, l’étiquette Genuine Cowichan protège les modèles des habitants de la côte salish et garantit aux acheteurs l’authenticité de leur chandail cowichan.

Le hockey

Personne ne sera surpris d’apprendre que dix désignations historiques nationales sont reliées, d’une manière ou d’une autre, au hockey.

Prenons les exemples des Canadiens de Montréal et des Maple Leafs de Toronto, dont la rivalité remonte à la création même de la Ligue nationale de hockey (LNH). De multiples désignations d’importance nationale rappellent ces deux équipes. Les Leafs, d’abord appelés les Arenas de Toronto, évoluent sur la patinoire du Maple Leaf Gardens depuis 68 ans. Construite en 1931, l’aréna était à l’époque la plus grande du pays et elle a été désignée site historique national en 2007. Des matchs de hockey et divers autres évènements, dont des concerts, s’y sont déroulés. Comme le fait remarquer la Commission, le Maple Leaf Gardens « occupe une place spéciale dans la culture populaire du Canada ».

L’équipe des Canadiens, qui a été formée en 1909, est la seule de la LNH à avoir vu le jour avant les débuts de la ligue, en 1917. La création des Canadiens, ou du Club de hockey Le Canadien, a été désignée évènement historique national en 2008. Construit en 1924, le Forum de Montréal a hébergé l’équipe durant 71 ans et a été désigné site historique national en 1997. Les étoiles du hockey — également désignées personnes historiques nationales —, notamment la légende des Canadiens Howie Morenz, ainsi que le champion de la coupe Stanley et de la coupe Grey, Lionel Pretoria Conacher, surnommé « le grand train », ont joué sur la patinoire.

Anne of Green Gables

Anne Shirley, que la Commission désigne comme étant « l’une des enfants chéries de la fiction anglaise », est le principal personnage du roman de Lucy Maud Montgomery Anne of Green Gables, publié en 1908 (en français Anne…la maison aux pignons verts). On retrouve également ce personnage dans plusieurs autres livres comme Anne of the Island et Anne’s House of Dreams.

Les gens du monde entier connaissent l’histoire de cette jeune fille de l’Île-du-Prince-Édouard et les endroits où elle a vécu sont aujourd’hui des destinations touristiques populaires. Ce roman raconte le passage à l’âge adulte d’Anne, une petite fille de onze ans, intelligente, honnête et parfois fougueuse, au fur et à mesure qu’elle s’adapte à sa famille adoptive et à la communauté d’Avonlea. Montgomery a terminé son premier roman en 1905, à l’âge de 31 ans, mais il n’a été publié qu’en 1908. Anne of Green Gables a connu un succès immédiat et il est encore vendu aujourd’hui dans une quarantaine de langues; il a également inspiré une minisérie et divers spectacles.

Montgomery a écrit 21 romans, dont The Blythes are Quoted, qui a été présenté à l’éditeur le jour même du décès de l’auteure en 1942; il n’a toutefois été publié dans son intégralité qu’en 2009. Elle est également l’auteure de centaines de nouvelles et de poèmes. La Commission a reconnu l’importance patrimoniale des romans de Montgomery et de l’auteure elle-même, qui a été désignée, en 1943, personne d’importance historique nationale. Sa ville natale de Cavendish, à l’Î. P. É., où elle a écrit son premier roman, la maison aux pignons verts qui sert de toile de fond au roman Anne of Green Gables et sa maison de Leaskdale, en Ontario, où elle a vécu de 1911 à 1926, ont toutes été désignées lieux historiques nationaux.

Passer les liens de partage

Relié à Arts, Culture et Société