Pipes

Les pipes d’argile sont apparues dans la culture européenne après la rencontre avec les Autochtones d’Amérique du Nord, au 16e siècle.

Écris par Amelia Fay

Mis en ligne le 1 avril 2018

Les pipes d’argile sont apparues dans la culture européenne après la rencontre avec les Autochtones d’Amérique du Nord, au 16e siècle. La consommation de tabac a alors gagné en popularité et les pipes faites de kaolinton blanc ont commencé à être produites en grandes quantités et étaient à la portée de toutes les bourses.

Les pipes du haut de la photographie reposent sur un talon plat, la pipe du bas repose sur un talon en éperon. La forme du bol et du talon a changé au fil des ans, et cette évolution a permis aux chercheurs de dater ces pipes au milieu du 17e siècle. Ces pipes affichent également une culotte de forme arrondie et simple, mais aucune n’est marquée par son fabricant, une signature qui devient plus fréquente vers la fin du 17e siècle.

Elles ont été découvertes lors des fouilles organisées par le Musée Guildhall dans les jardins des employés de la Compagnie de la Baie d’Hudson, sur Little Trinity Lane à Londres, en Angleterre, à l’été 1965. On présume que les jardins faisaient partie des bureaux généraux de la compagnie, puisque Beaver House se trouvait juste au coin de Trinity Lane, à Garlick Hill.

Même si nous ne disposons d’aucune note liée à ces fouilles, les pipes datent d’avant l’occupation de ce terrain par la HBC, entre 1925 et 1970, et se trouvaient à cet endroit depuis beaucoup plus longtemps.

 

Amelia Fay est conservatrice de la collection de la HBC au Musée du Manitoba.

Cet article est paru à l’origine dans le numéro avril-mai 2018 du magazine Canada’s History.

Cet article est aussi offert en anglais.

Passer les liens de partage

Relié à Commerce de la fourrure