Redingote métisse

Ce manteau de peau du début des années 1820 est associé à la culture métisse de la colonie de la rivière Rouge.

Écrit par Maria Cristina Laureano

1 décembre 2013

Ce manteau de peau du début des années 1820 est associé à la culture métisse de la colonie de la rivière Rouge. Il est inspiré des redingotes européennes et reflète les deux cultures qui se sont rapprochées par le truchement du commerce de la fourrure.

Contrairement à la redingote européenne, plus austère, la version métisse est richement décorée et comprend les motifs géométriques colorés des Premières Nations et des détails floraux propres aux Métis. Les manteaux étaient portés par les hommes métis et servaient d’objets de commerce.

La redingote, mesurant 115 cm de long et 56 cm de largeur grande ouverte, est essentiellement composée de peau de bison. On voit également à l’épaule des aiguilles de porc-épic teintes et aplanies qui étaient tissées sur un métier avant d’être fixées au manteau.

Une écharpe tissée servait à tenir le manteau fermé.

Cet article a été publié à l'origine dans le magazine Canada’s History, décembre 2013-janvier 2014.

Cet article est aussi offert en anglais.

Passer les liens de partage

Relié à Commerce de la fourrure